identifiez les plantes invasives dangeureuses

les plantes invasives sont des plantes exotiques introduites dans nos régions pour leur cractère décoratif et qui prolifèrent aujourd'hui dans les espaces naturels, les champs ou les jardins.

nuisibles à l'écosystème, elles peuvent être dangeureuses pour la santé.Apprendre à les reconnaître et adopter les bons gestes quand on les découvre est essentiel. quatre de ces plantes font l'objet d'une campagne spécifique d'information et de lutte menée par la fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles (FREDON) avec l'agence régionale de santé. il s'agit de l'ambroisie, la berce du caucase, la datura stramoine, le raisin  d'Amérique.

si vous  pensez reconnaître ces plantes dans votre environnement, évitez de les toucher, prenez une photo si vous le pouvez et tenez de les localiser précisément afin de transmettre les informations par mail au service biodiversité et environnement de Guingamp Paimpol Agglomération.

TEL 02.96.13.59.59

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

entretenir au naturel : deux articles astuces pour les particuliers cliquez ici
L'utilisation d'anti-limaces à base de métaldéhyde dans les jardins et les massifs peut entraîner, lors de périodes de pluies, le transfert du produit dans les cours d'eau, ce qui est particulièrement problématique lorsque ces eaux sont utilisées pour la production d'eau destinée à la consommation humaine. En effet, l'élimination de ce produit dans l'eau est très difficile et onéreuse, voire impossible. Depuis 2003, la recherche du métaldéhyde (substance active de nombreux produits anti-limaces) dans le cadre du contrôle sanitaire de l'eau, a été généralisée sur toute la région Bretagne. Outre des détections ponctuelles dans des retenues ou cours d'eau, les premiers résultats ont également mis en évidence le transfert de cette molécule dans des nappes d'eau souterraine où elle est stable et persistante dans le temps. Malgré la présence de dispositifs destinés à retenir les produits phytosanitaires, du métaldéhyde a parfois été retrouvé à des concentrations supérieures à la limite…
L'Agenda 21, un outil pour le développement durable L’équipe municipale s'est donné comme objectif la mise en place d’un Agenda 21, à la fois stratégie et programme d'actions pour le 21 ème siècle orientation prise afin de renforcer la prise en compte du développement durable dans notre ville. L'idée de développement durable trouve évidemment son origine dans les signaux alarmants que nous renvoie la planète sur son état de santé général : dérèglement climatique, épuisement des ressources naturelles, atteintes à la biodiversité... auxquelles s'ajoutent l'augmentation des inégalités et de la précarité, l'étalement urbain, l'augmentation continue de la consommation d'énergie... Une prise de conscience se fait jour Maintenir notre mode de vie sans le remettre en cause conduira les nouvelles générations à des conditions plus précaires. Un défi planétaire est engagé Dans nos pays occidentaux, des changements drastiques sont indispensables, tant aux niveaux socio-économique et culturel qu'à l'échelle de notre environnement.…
1. Définition Le développement durable, c’est une recherche d’équilibre pour conjuguer sur le long terme la croissance économique, la cohésion sociale et la protection de l’environnement. Agenda 21 : ce qu’il faut faire pour le 21eme siècle. C’est un programme d’actions concrètes d’application du développement durable sur le territoire. L’agenda 21 met en œuvre les principes de participation, de responsabilité et de solidarité liés au développement durable. C’est un outil visant à répondre aux besoins de toute la population, avec le souci de préserver l’environnement, d’assurer l’accès de tous aux services essentiels, de développer des activités économiques soutenables. L’agenda 21 est une modalité internationalement reconnue. Il y a plus de 6400 Agendas 21 locaux dans le monde en 2002, dans 113 pays, 80% des Agendas 21 locaux sont en Europe. En France, 423 agendas 21 ont été délibérés dont 264 agendas 21 communaux. Le Conseil général des Côtes d’Armor a…
Sans attendre la mise en œuvre du diagnostic global qui sera réalisé par un cabinet d’études prochainement retenu, la ville de Guingamp s’est déjà engagée dans différentes actions.             En interne tout d’abord En interne tout d’abordDes groupes d’agents volontairesAu cours de l’année 2009, les agents municipaux ont reçu une formation-sensibilisation au développement durable dispensée par le comité 21, association nationale à laquelle la ville de Guingamp a décidé d’adhérer. A l’issue de cette formation, les agents ont été invités à participer à des ateliers de réflexion leur permettant ainsi de s’interroger sur leurs pratiques, de partager les expériences d’autres collectivités et de proposer actions ou programmes pouvant entraîner de vrais changements de pratiques et de comportements. Quatre groupes de travail ont ainsi créés. Ils sont composés d’agents volontaires souhaitant réfléchir sur les thèmes suivants :Mobilité et déplacementsEau et économies d’énergiePratiques administratives et triPratiques autour…
Sauvons l'abeille, sentinelle de l'environnement Depuis 2006, on assiste à une disparition massive des colonies d’abeilles et des insectes pollinisateurs. Cause essentielle de cette disparition : l’utilisation de nouvelles générations de pesticides et le mélange invisible des traitements chimiques qui affaiblissent les abeilles et les rendrent vulnérables. Si bien qu’aujourd’hui, l’espérance de vie d’une ruche est plus grande en ville qu’à la campagne : les abeilles y disposent d’une floraison plus variée, plus importante et plus longue et sont moins soumises aux produits phytosanitaires et tout particulièrement à Guingamp où la ville a opté pour le désherbage thermique et abandonné l’usage des pesticides. La Ville de Guingamp s’est ainsi engagée depuis 2 ans dans une opération intitulée « Sauvons l’abeille » et a mené différentes actions :       Accueil de ruchesEn partenariat avec le service espaces verts et des apiculteurs amateurs, 4 ruches ont été installées en ville,…
Tout propriétaire est tenu d'entretenir sa propriété et de tailler régulièrement les arbres et arbustes en limite de domaine public. Cette végétation :Ne doit pas gêner la circulation des piétons et l'accessibilité des personnes à mobilité réduite Ne doit pas non plus constituer un obstacle à la visiblité des usagers de la voirie Aussi, il incombe à chaque propriétaire de procéder à l'élagage ou à l'abattage des arbres surplombant le domaine public.A défaut d'entretien régulier, le propriétaire est passible d'une amende prévue pour les contraventions de la cinquième classe pour avoir "laissé croître des arbres ou haies à moins de deux mètres de la limite du domaine public routier" (article R116-2 du Code de la Voirie routière). Le policier intercommunal, en application de l'article 2212-2 du Code Général des Collectivités Territoriales, a la charge de faire respecter ces règles et de dresser des procès verbaux.